Investir pour développer le réseau bénévole

De gauche à droite : Virginie Moulia-Pelat, Elsa Tremel et Aline Hochdoerffer.


Les animatrices régionales


Le 16 octobre dernier, deux Animatrices régionales ont rejoint l’équipe salariée de la Fédération. Leur mission : accompagner le développement du réseau bénévole dans l’Est, pour l’une, et dans le Sud-Ouest, pour l’autre. Un projet pilote qui s’inscrit dans la continuité du plan Kaléidoscope*.

Aline Hochdoerffer est originaire de l’Est de la France et a connu AFS pendant ses études. Virginie Moulia-Pelat a suivi des études de géographie en région parisienne avant de travailler dans le milieu associatif. Leur point commun ? Elles ont rejoint l’équipe salariée avec une mission de terrain : développer le réseau bénévole dans des régions où AFS Vivre Sans Frontière est moins présente.

Le réseau AFS couvre l’ensemble du territoire français, malgré des disparités entre régions.


L’arrivée d’Aline et de Virginie marque le lancement de l’un des principaux chantiers de l’association pour les années à venir : le recrutement de nouveaux bénévoles. Car un réseau bénévole vit ! Il grandit, mûrit, se transforme, et demande parfois une attention particulière. Et si l’on s’en tient aux « standards de qualité » d’AFS International qui comparent le nombre de bénévoles par rapport au nombre de participants, notre réseau est plutôt mal en point, avec seulement 0,83 bénévoles par participant, contre 1,6 en Allemagne, 2,13 au Danemark et même 4,61 en Autriche. Une faiblesse qui a des conséquences sur la recherche de familles d’accueil, la mobilisation des futurs partants, ou encore la préparation et le suivi des jeunes en cours de programme…

L’un des objectifs du plan Kaléidoscope lancé par la Fédération en 2011, est précisément de recruter de nouveaux bénévoles. Il s’agit d’une part, d’alléger la charge de travail qui pèse sur les bénévoles existants, mais aussi de renforcer la présence d’AFS Vivre Sans Frontière dans des régions où l’activité est plus faible. 

La mise en place de salariés en région est donc un projet pilote. Ils ne se substituent pas aux bénévoles : bien au contraire, les Animatrices régionales sont là pour les soutenir. Leur principale mission sera d’ailleurs d’aider les bénévoles à mettre sur pied leur propre plan d’action. A la clé, des bénévoles plus nombreux, plus motivés et mieux préparés pour assurer  la « qualité AFS ».

Voilà sans doute pourquoi les Animatrices régionales sont très attendues dans les régions concernées. « Nous sommes contents d’accueillir Aline », confirme Régis Brendel, Président d’AFS Alsace, « cela correspond à nos souhaits et à notre demande, et cela va dans le bon sens par rapport à nos besoins ».

Au-delà des Animatrices régionales, c’est l’ensemble du réseau qui se mobilise pour gonfler ses rangs. Ainsi, des « parrainages » entre associations régionales sont mis en place pour favoriser l’échange de compétences et la diffusion des bonnes pratiques dans l’ensemble du réseau bénévole. « On veut avoir cette dynamique et cette joie de vivre des associations qui ont plus de monde ! », conclut Régis Brendel. Un objectif simple qui reste la première des priorités !

Vous souhaitez en savoir plus sur le bénévolat chez AFS Vivre Sans Frontière ou participer davantage à la vie de l’association ? Rendez-vous à la rubrique Participer à la vie de l’association.

* Le plan Kaléidoscope est une stratégie de développement mise en place pour les trois prochaines années et initiée par AFS Vivre Sans Frontière. Elle a pour objectifs de développer le réseau bénévole, de renforcer les relations avec les établissements scolaires et de rendre les programmes plus accessibles.